Profil & historique

Le Régime en bref

Le Régime de retraite de l’Université du Québec s’adresse aux employés des établissements de l’Université du Québec et à quelques autres employeurs qui ont des liens avec l’Université du Québec. Il s’agit d’un régime de retraite à prestations déterminées basées sur les cinq années les mieux rémunérées de la carrière du participant : la rente versée est égale à 2 % par année de participation et est coordonnée à 65 ans avec les prestations versées par le Régime de rentes du Québec.

FAITS SAILLANTS

  • L’estimation du ratio de capitalisation au 31 décembre 2015 est égale à 102,1 % en incluant la PED et à 95,2% en l'excluant.
  • Le taux de cotisation au Régime a été augmenté à 21,3 % du salaire en date du 1er janvier 2015.
  • Le passif des retraités représente 50 % du passif total de capitalisation.
  • La pleine indexation est accordée sur les rentes en versement pour le service avant 2005.
  • La pleine indexation des rentes en versement pour le service après 2005 est suspendue en raison de l'existence d'un déficit de capitalisation, elle a été accordée jusqu'au 30 juin 2009.
  • Au 31 décembre 2015, l'actif à la valeur marchande est égale à 3,6 milliards de dollars. 
 

Rendement annualisé

Valeur ajoutée annualisée

Année 2015

7,68 %

0,56 %

4 dernières années

  11,24 %

1,50 %

10 dernières années

   6,94 %

0,73 %

Ses dirigeants

Présidents du Comité de retraite

  • 1971 Gérald A. Martin
  • 1971-1972 Guy Goulet
  • 1972-1993 François Soumis
  • 1993-1999 Marcel Belleau
  • 1999-2006 Marc Papillon
  • 2006-2009 Michel Quimper
  • 2009-2014  Gilles Picard
  • 2014-2015           André G. Roy
  • 2015                     Bernard Gaucher
  • 2015                     André Dorion
  • 2016                     André G. Roy 

Vice-présidents du Comité de retraite

  • 1971 Guy Goulet
  • 1972 Serge Biron
  • 1973 André Jean
  • 1974 Ghislaine Métivier
  • 1975 Marcel Belleau
  • 1982 Réal Croteau
  • 1984 Jean-Nil Thériault
  • 1986 Michel Lizée
  • 1993 Marc Papillon
  • 1997 Florent Vignola
  • 1999 Robert Maranda
  • 2004 Michel Quimper
  • 2006 Gilles Picard
  • 2009 Louise Laflamme
  • 2011 Hélène Grand-Maître
  • 2012 André G. Roy
  • 2014 Bernard Gaucher
  • 2015 Marjolaine Viel
  • 2015 Claire Bouchard

Directeurs généraux du Secrétariat

  • 2004 Richard Laflamme
  • 2012 Alain Vallée

Directeur exécutif du Secrétariat

  • 1971-2004 André Robitaille

Évolution de la clientèle

À son début, le Régime comptait peu de participants, car plusieurs employés de l’Université contribuaient aux régimes du gouvernement, soit le Régime de retraite des enseignants (RRE) ou le Régime de retraite des fonctionnaires (RRF). En effet, les employés de l’Université en provenance du gouvernement devaient, selon la Loi du RRE et celle du RRF, conserver leur régime. Par contre, les employés provenant d’ailleurs devaient adhérer à un régime visé par la Loi sur les régimes complémentaires de retraite (Loi RCR : régime privé) et c’est pour cette raison que le RRUQ a été créé.

À mesure que les participants de ces deux régimes prenaient leur retraite, une augmentation des participants se faisait sentir surtout à partir de 1995. De plus, à compter du 1er janvier 2001, l’introduction d’un nouveau critère d’admissibilité touchant les employés contractuels de 5 mois et plus à temps complet a contribué à hausser le nombre d’adhérents.

Profil des participants (au 31 décembre 2015)
 Évolution # participants

 

 Évolution de la situation financière

Le ratio de capitalisation illustre le pourcentage de surplus ou déficit en supposant que le Régime existera indéfiniment et il est basé sur des hypothèses long terme. Le ratio de solvabilité, quant à lui, représente le surplus ou le déficit comme si le Régime cessait ses activités le jour de l’évaluation en utilisant des hypothèses au marché. Depuis que le Régime a été créé, la capitalisation s’est toujours bien portée. Au cours des dernières années, la solvabilité s’est détériorée principalement en raison de la chute des marchés financiers de l’année 2008 et des taux d’intérêt long terme que la Loi RCR oblige à utiliser pour évaluer la dette du Régime sur la base de solvabilité.